Addiction aux Secrétaires en Jupe Fendue

Les dessous de l'affaire Le sujet devient récurrent me diront certains, mais il fait partie intégrante de ces clichés de l'érotisme et du fantasme qui en deviennent des incontournables. Donc cette jolie secrétaire en jupe fendu et porte jarretelle ira rejoinde la petite collection que nous vous avons déjà présentée ici 🙂 Secrétaire en jupe... Continue Reading →

Vive le Vent d’hiver

Sous les jupes de filles Quand le vent s'engouffre sous les jupes des filles, il faut avoir l'oeil vif et réactif. Cela dit, s'il n'y a pas de vent, on peut aussi s'arranger !

Secrétaire en jupe fendue

Avant les renommages bien pensants et lissés en "assistante", le terme de secrétaire véhiculaient , comme un image d'épinal, un cortège d'associations pas toujours en phase avec l'activité que l'on imagine en pensant au bureau. Je confirme, j'ai pas ça moi !! Quelqu'un se dévoue ? 😀 et oui, je sais, les Secrétaire en jupe... Continue Reading →

Chérie, je vais rentrer tard du bureau

Secretaire en jupe fendue et moins si affinités Les sites pornos sont champions en terme d'exploitation des fantasmes masculins, comme le démontrent ces photos promotionnelles du site pour adulte Brazzers. On y retrouve les archétypes chers l'imagerie coquine liant travail et érotisme : le bureau cossu, la bibliothèque chargée de volumes sans intérêt et surtout... Continue Reading →

Le syndrome de la secrétaire

Que se passe-t-il sous le bureau ? Que laisse entrevoir la jupe fendue... Que cache cette sage apparence ? C'est là tout le fantasme / syndrome de la secrétaire.   Illustration :    

Ewa Sonnet revient au bureau

Le Retour de la secrétaire   Après des vidéos plus minables les unes que les autres, alternant le mauvais gout des vêtements et l'érotisme flasque du Soft Porn non assumé, la polonaise Beata Dabroswka revient à l'essentiel et aux valeurs sures, sous son pseudonyme d' Ewa Sonnet. je vous rassure, pas besoin dépenser 19$ pour... Continue Reading →

Proudly powered by WordPress | Theme: Baskerville 2 by Anders Noren.

Up ↑