En souvenir…

en souvenir de demain

Seul l’amour est eternel

je viens de finir un bon bouquin…: En souvenir de Demain, par véronique Bréger…

surprenant, mais vraiment bon au final… un mélange de genre aboutissant une alchimie pourtant difficile, voire improbable : un parcours initiatique, avec une lettre d’amour en guise de carte au trésor, sur fond de visite des iles greques et de trafic d’art…

je vous avais prévenus… surprenant…

publié aux éditions KTM, le roman a beau être ciblé, il n’en reste pas moins tres agréable lire… (peut être ma part de féminité stimulée…?)…

Une carte au trésor

L’héroine, Emma, jeune archéologue, découvre un manuscrit, déclaration d’amour passionnée et sincère, vieux de près de 400 ans. Ledit texte pourrait tres bien n’avoir que quelques décénies, le récit en serait tout aussi forte.
Au long du roman, notre jeune détective de l’histoire va se trouver de plus en plus profondémment impliquée dans des tourbillons de passions, qu’elles soient liées aux objets d’arts qui la guident ou la retiennent, aux amours qui la portent ou aux conflits de pouvoirs des divers protagonistes…

Des rencontres

Les iles Lesvos recèlent des beautés auxquelles Emma ne manque pas de succomber : paysages, vins et charmes des habitantes…
La galerie de personnages est fournie, avec un faible pour les amantes : de la mante religieuse (valentine), l’épicurienne (Liana), chacune apporte sa contribution au cheminement d’Emma vers son destin.

Une carte postale ?

Au final, c’est une invitation au voyage qui ressort de ce roman, comme une carte postale que nous enverrait Emma… et une mention toute particuliere pour les en-têtes de chapitres, toutes illustrées par l’auteur, simplement mais toujours propos… et des passages qui vous forcent parfois poser le livre et laisser votre esprit vagabonder…
Comme celui ci, où l’on perçoit la fragile frontiere entre un rêve sans sommeil et un sommeil sans rêve… 2 faces d’une meme piece décidant de la tranquilité d’esprit et de coeur …

Chaque nuit je fais le même rêve, je ne peux m’emdormir sans penser toi? Je cale mon esprit sur ton image et je laisse divaguer mes fantasmes. JKe te retrouve, vivante et belle évoluant dans des paysages imprécis et tu disparais. Je tombe alors dans un profond sommeil aussi sombre que les enfers d’Hadès. Je tends une main que tu ne prends pas. Et lorsque, au matin, je reviens ma vie, je suis tel le poète meurtir, anéantie de savoir que je t’ai perdue jamais.

Alors…

A lire, pour découvrir la Grêce et la générosité de ses paysages, de son peuple et de son histoire.

Laissez un message après le BiiiiiP / please leave us a message

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fièrement propulsé par WordPress | Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑