Paris Texas, sans Texas ?

Sharleen Spiteri sort son premier opus solo, Melody, mettant de côté son groupe, Texas, pour un temps.

A la premiere écoute, on retrouve un plaisir simple, des mélodies et des arrangements loins des artifices actuels. Et bien sur cette voix chaude et suave si caractéristique…

Sharleen Spiteri sans Texas, c’est un peu comme du Brian May sans Queen : on coirait du un nouvel opus du groupe tant son implication y était forte et pourtant il y a ce petit quelque chose qui titille l’oreille, ce son, ces lignes mélodiques familières et pourtant … comme Melody, titre phare de l’llbum, mélange subtil entre les accords James bondesques et les consonnances rock (rauques?) auxquelles la voix de Sharleen nous avait habitués.

Donc forcément, du bon !

Laissez un message après le BiiiiiP / please leave us a message

Fièrement propulsé par WordPress | Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑