La Perverse et ses accessoires

Certains d’entre vous ont eu la primeure de cette aventure sur mon compte Twitter, je la relate ici plus en détail.

La Perverse. Avec une majuscule car pour moi, c’est bien son nom, tout du moins celui que je lui ais attribué.

Talons hauts obligatoires et permanents, que ce soit pour les bottes ou les chaussures, tendance aiguilles à tricoter, 8 à 10 centimètres minimum. Certains diront que c’est l’appendice qui lui manque entre les jambes. Pas loin de la vérité. Jupes strictes  ou tailleurs du même acabit, uniformément noirs ou anthracites, de fait toujours assortis à son humeur. L’archétype de la maîtresse dominatrice en somme. A se demander quelle surprise révélerait un effeuillage en règle.

Mais revenons à cet épisode.

Fin de réunion. elle s’éjecte de son siège avec sa douceur habituelle et entraîne dans son mouvement son sac qui tombe et se mets à vibrer en touchant le sol.
Taquin, je lui demande « tu as un appel, tu ne réponds pas? », sachant que ses conversations privées ne s’embarrassent pas du lieu où elle se trouve, réunion ou pas.
Pivoine, elle me fusille du regard, façon bazooka sous amphétamines, attrape son Vuitton  et quitte la salle d’un pas vif… bien loin de son sac, son téléphone était sur la table.

Autant dire que son surnom est maintenant d’autant plus mérité.

Laissez un message après le BiiiiiP / please leave us a message

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fièrement propulsé par WordPress | Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑