May the 4th be with you : fête Starwars du 4 Mai

Approximation phonétique du célebre message porte bonheur entre jedi, May the Force be with you, le 4 Mai de chaque année se transforme auprès des fans en fête de Star Wars ( 4 mai = May 4th, May the Fourth / the force ).

L’occasion pour de nombreuses entreprises de proposer des offres spéciales centrées sur les produits dérivés de la saga. Les célébrités ne sont pas en reste et rivalisent d’imagination pour recueillir quelques likes supplémentaires sur les différents réseaux sociaux.

Outre l’ex modele playboy Sara Underwood qui ressort régulièrement des archives sa série déguisée, on peut également noter Adrianne Curry ou encore la sulfureuse Maitland Ward qui se lancent dans une compétition par posts interposés sur le thème emblématique de la Slave Leia.

La guerre des étoiles : Internet Starlet Wars

A ma gauche, Maitland Ward, actrice délurée loin d’être timide, mélangeant allègrement Porn, séries B et soaps (oui oui, Amour gloire et Beauté 🙂 )

A ma droite, Adrianne Curry, gagnante du America’s Next Top Model en 2003, mannequin et modele régulier pour playboy notamment.

Deux tempéraments différents mais une mise en valeur du costume indéniable !

Maitland WARD

Adrianne CURRY

Maitland Ward Baxter (@maitlandward) * Photos et vidéos Instagram

581.3 k abonnés, 479 abonnement, 1,995 publications – Découvrez les photos et vidéos Instagram de Maitland Ward Baxter (@maitlandward)

Adrianne Curry-Rhode (@adriannecurry) * Photos et vidéos Instagram

156.1 k abonnés, 108 abonnement, 224 publications – Découvrez les photos et vidéos Instagram de Adrianne Curry-Rhode (@adriannecurry)

Alors, vous êtes plutôt Maitland ou Adrianne ?

Slave Leia : Maitland Ward ou Adrianne Curry ?

View Results

Loading ... Loading ...

Laissez un message après le BiiiiiP / please leave us a message

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fièrement propulsé par WordPress | Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑