Nuits blanches en fantasie finale ?

final fantasy XII

Depuis le début de la semaine, j’occupe mes trop courtes soirées sur un petit bijou : Final Fantasy XII.

Une transition

A mon sens, la parfaite transition entre la tradition et le next gen.

Respect des codes de la série

Tous les éléments qui ont fait le succès de la série sont repris, des décors léchés et gigantesques aux rebondissements incessants du scénario, en passant par la symbiose constante de la magie et de la technologie dans l’univers représenté.fidèle dans l’esprit au XI (pour rappel, entierement Online).

Des innovations, sans rupture

Mais les concepteurs nous ont également gratifiés de nouveautés, plus ou moins immédiates.
Les décors sont en full 3D, et non plus précalculés comme lors des opus précédents, avec en prime la possibilité de contrôler la caméra, dans une certaine mesure, autour du personnage.

Une immersion plus grande dans l’action en résulte immédiatement. Ce changement est d’autant plus visuel que l’on a une vision étendue à l’horizon, quelque soit le tableau représenté. Autre nouveauté, et non des moindres, les combats ne sont plus aléatoires… en effet, les monstres apparaissent sur l’aire de jeu, et les confrontations peuvent donc être provoquées ou évitées… Seuls les Boss restent inévitables.

La musique n’est pas en reste, car elle est et demeure un marque de fabrique de la série. Nobuo Uematsu a laissé la place à un nouveau compositeur, Hitoshi Sakimoto, qui a su oeuvrer dans la continuité. On retrouve ainsi le thème d’ouverture classique, réorchestré, et les fameux gimmicks de fin de combats, qui feront sourire les fidèles.

La qualité visuelle

Bien évidemment, les cinématiques sont de toute beauté, et ne sont offertes qu”avec parcimonie… tout se mérite. Les éléments intermédiaires sont réalisées avec le moteur du jeu, qui supporte assez bien la comparaison…
Il est clair que la PS2 a été repoussée dans ses derniers retranchements, avec des textures fines et variées, une action soutenue, sans toutefois allonger les temps de chargement au dela du raisonnable…

Alors ?

Au final, meme si le scénario parait moins dense que dans les épisodes précédents, il s’agit bel et bien d’un des meilleurs épisodes de la série, qui laisse présager un futur clément et riche à Final Fantasy.

Laissez un message après le BiiiiiP / please leave us a message

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fièrement propulsé par WordPress | Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑